N’avez-vous jamais perdu un mot que vous aviez « sur le bout de la langue » 👅?

 

C’est pourtant ce que doivent affronter au quotidien plus de 300 000 personnes, en France, chaque année. Victimes d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) qui a causé un dysfonctionnement cérébral, ces patients souffrent d’un trouble du langage. Cette pathologie s’appelle l’aphasie et se traduit principalement par une perte partielle ou totale du langage oral et/ ou écrit. Par conséquent, il devient difficile de :

 

COMPRENDRE

agsdi-pencil

ECRIRE

agsdi-chat-gear

PARLER

Ces troubles de la communication verbale touche donc le langage et la parole. Si la personne éprouve des difficultés à choisir ses mots, à les combiner pour faire des phrases ou même à comprendre leur sens, on dira plutôt qu’elle a un problème de langage.  Un patient peut également avoir des troubles de la parole. On parle de dysarthrie, lorsque c’est l’articulation et la prononciation qui pose problème. L’aphasie concerne aussi la lecture et l’écriture. Dans certains cas les patients peuvent avoir des difficultés à retranscrire ses pensées par écrit ou lire à haute voix.

Il existe plusieurs types d’aphasie :

.

Aphasie fluente, appelée aussi aphasie de Wernicke : 

La personne ne comprend pas ce qu’on lui dit mais arrive à s’exprimer via des propos qui n’ont pas de sens. Le patient n’a pas conscience d’être incompréhensible, c’est ça la fameuse anosognosie.

Imaginez : Pour le patient c’est comme s’il arrivait d’une autre planète, c’est un martien 👽 : Il ne comprend pas ce qu’on lui dit et surtout n’arrive pas à se faire comprendre car il parle une langue inconnue pour nous, pauvres terriens !

Aphasie non-fluente, appelée aussi aphasie de Broca : (Pour plus d'informations, cliquez sur le +)

La personne comprend ce qu’on lui dit mais n’arrive pas à s’exprimer. Le patient en question a conscience qu’il a du mal à communiquer. Victime d’un AVC, Bernard Auchère, trésorier adjoint de la Fédération nationale France AVC témoigne.

Dans ma tête, ce que je disais avait un sens. Mais les mots que ma voix transmettait ne correspondaient pas. Par exemple, je disais systématiquement « chaussettes » pour parler des recettes de mon entreprise”.

Vous l’aurez compris, l’aphasie endommage  les fonctions langagières et la compréhension orale, ce qui demande une rééducation orthophonique. Ces professionnels de santé vont, d’une part, essayer de recréer des connections cérébrales du langage , et d’autre part de permettre au patient de communiquer le plus vite possible.

GONG est une application de communication pour les personnes ayant un trouble du langage, plus d’informations : ici